Trois semaines sous Ubuntu Phone

Bonjour à tous !

Dans un précédent article, j’ai donné mon avis à propos d’Android 5 sur mon Nexus 4. J’en suis arrivé à la conclusion que Google commençait vraiment à m’énerver à refermer Android, du coup je me suis dit que j’allais passer sous une ROM custom.

Et c’est ce que j’ai tenté de faire ! Seulement, ça n’a pas fonctionné, et je ne sais pas trop pourquoi. J’ai donc décidé que tant qu’à faire j’allais essayer une install d’Ubuntu Phone!

Et ça a marché, cela fait maintenant un peu plus de 3 semaines que mon Nexus 4 tourne avec Ubuntu Phone !

1410944205_

La première remarque que j’ai à faire, ne concerne pas le système en lui-même, mais l’installation. C’est très très simple, aucun soucis, deux trois lignes de commandes et c’est fini. Mais le problème réside dans le fait qu’on ne peut installer Ubuntu Phone sur un téléphone que depuis Ubuntu. Vu que mon PC tourne lui sous Fedora, je n’ai eu d’autre choix que de lancer un live-cd. Et c’est assez lent 😦

J’ai demandé au gens d’Ubuntu si d’autres distros allaient intégrer le SDK, et leur réponse était que eux ont déjà beaucoup de travail donc pas pour l’instant. Mais les sources sont dispos, du coup n’importe quelle distro si elle en a envie peut l’implémenter.

 

Voilà, passons maintenant au système en lui-même. J’ai choisi le canal développement de la 15.04.

Première impression : c’est très propre ! J’avais de gros préjugés comme quoi, c’était complètement instable, mais en fait pas du tout ! C’est parfaitement utilisable.

Commençons, par le lockscreen, la première chose que l’on voit quand on allume un téléphone. J’ai mis un certain temps à comprendre son fonctionnement, en fait, il affiche des stats à propos du téléphone. Le nombre de musique jouées, le nombre  de SMS reçus, d’appels émis… Ça se présente sous forme d’un cercle avec au centre la statistique du jour, il suffit de taper deux fois pour changer. Autour, chaque point représente un jour d’utilisation et en fonction de la stat de ce jour, le cercle dont il est le centre est plus ou moins grand.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Oui, les dev de chez Canonical se sont bien amusés ! C’est une feature sympa, mais bon quand on voit ce que android permet de faire sur un lockscreen, c’est un peu du gâchis de place !

Ensuite, pour déverrouiller, il suffit de swyper sur la droite ou la gauche pour arriver à la saisie de son code à 4 chiffres. Simple.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

On arrive ensuite sur le menu principal constitué de toutes les applications installées.

home

Je le trouve vraiment très moyen, c’est le fouillis, c’est simplement une listes d’applis, pas moyen de réorganiser, pas moyen de mettre un fond d’écran ! Bon on peut faire une recherche mais ce n’est pas super rapide.

En swypant sur à droite, on peut accéder à des genre de « widget » que l’on peut ajouter, par ex « musique », « vidéos », ou « wikipédia ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pas vraiment pratique, je ne les utilise jamais.

Mais avant de continuer je dois parler des contrôles, car comme vous avez du le remarquer, pas de bouton « home » « retour » ou « multi-tâche ». On au sein d’Ubuntu Phone on n’utilise que des gestes. Un petit glissement depuis le bord de l’écran fait apparaître un menu avec un raccourci vers applications qu’on y a épinglé. Un plus grand glissement, a pour effet de faire « home ». Assez intéressant comme concept, c’est pratique car c’est tout le côté qui devient un bouton home, contrairement à Android ou il faut forcement descendre le doigt en bas de l’écran.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Ensuite, un petit glissement depuis le bord gauche, permet de switcher avec l’application précédente. Un grand glissement ouvre lui le multi-tâche, et on peut swyper les applis pour les fermer, classique.

multitache

Passons maintenant à la barre de notification. Celle-ci à un fonctionnement que je trouve génial. En fait, quand on la déroule, si on la « tient » et que l’on bouge le doigt, on accède au différents menus. Ce sont pour beaucoup des réglages rapides, et tout au fond, avec une  icône en forme d’enveloppe, ce sont les notifications. Elles sont classiques, on peut répondre directement à un SMS, les swyper pour les faire disparaître.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voilà, passons maintenant en revue les applications.

Téléphone : simple et claire, avec un dialer et un journal d’appels.

telephone

SMS : pareil, fait son job, rien à dire.

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Contacts : c’est là que l’on voit les premiers travers de canonical. Exactement les même que Firefox OS, ce sont des systèmes libres, censés « libérer » le smartphone des silos des grandes compagnies. Mais pour les contacts, c’est soit tu ajoutes tous tes contacts manuellement, soit tu synchro avec ton compte Google ! Pas de Carddav, pas même d’importation depuis un .vcf ! C’est vraiment nul, ils savent pourtant bien que les gens qui installent ubuntu phone sont libristes pour la plupart ! Du coup, n’ayant pas de compte google, j’ai rentré une partie de mes contacts à la main, vraiment pas terrible 😦

Photos : classique, tout est là. J’ai même été étonné de trouver une fonction HDR !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Navigateur : très basique et lent, navigation par onglets. Assez déçu, le navigateur est le cœur d’un OS de nos jours, faut vraiment faire des efforts ! Même pas moyen de changer le moteur de recherche…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Galerie : de bonnes idées, un rangement par date, c’est joli, ça fait le boulot.

galerie

Musique : ça fonctionne, tout est là, de ce point de vue rien à dire. Une belle interface.

musique

Lecteur vidéo : ne fonctionne pas, il ne trouve aucune vidéo, alors que pourtant elles apparaissent dans la galerie.

video

Pour ce qui est du reste, on trouve la météo, une calculatrice, les actus, un gestionnaire de fichiers, un calendrier (seulement avec un compte google), une prise de notes (nécessite un compte un compte Evernote, encore un silo…), un client twitter (juste la webapp en fait), des jeux (sudoku et un espèce de tetris avec des lettres).
Mais la meileure appli, celle pour laquelle vous allez tous vouloir passer sous Ubuntu Phone, c’est … un terminal !

Oui, un TERMINAL ! Quand j’ai vu ça, j’étais fou. Et en plus, on dirait que c’est le truc sur lequel les dev on le plus bosssé ^^ On peut le personnaliser à fond. Toutes les commande d’ubuntu fonctionnent. Du coup, il y a nano, il y a python ! C’est génial ! Et en plus, c’est adapté au smartphone avec les raccourcis claviers dispo dans les menus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Bref, je suis bluffé. Voilà ce qui manquait aux smartphones !

Enfin, parlons appstore. Et bien comme vous pouvez vous en douter, il est vide… Il y a quelques applis cools ou basiques, mais c’est vraiment pauvre. Par contre, point positif par rapport à FirefoxOS, la licence de chaque appli est mentionnée, ce qui est une très bonne chose. Fait amusant, pour utiliser le store j’ai dû me créer un compte UbuntuOne, alors que le service est stoppé depuis un moment !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je voudrais finir sur une note négative, c’est dommage, mais c’est ce qui m’a le plus énervé. Il n’y a pas de client mail préinstallé ! Juste un client Gmail, là c’est vraiment se moquer du monde, ce devrait être la première chose à faire quand on fait un OS mobile ! Et vous allez me dire, « mais quelqu’un a bien dû en faire un ». Et bien jusqu’il y a quelques mois, non ! Depuis, il y a Dekko qui est sorti, il fait le job, mais n’apparait pas dans les notifications, du coup, ça perd de son sens.

Conclusion : malgré tout le mal que je viens de dire d’Ubuntu Phone, je pense que Canonical va dans la bonne direction. Graphiquement on voit qu’il y a de la recherche. Il y a de très bonnes idées, ce qui leur permet d’apporter un peu de fraicheur au monde des smartphones. Après c’est lourd, et buggé à pas mal d’endroits (mais c’est en développement, du coup je ne leur tiens pas rigueur) et c’est assez lent par moment. Et enfin, Canonical, vous faîtes un OS libre ! Il n’y a pas que Google dans la vie !

Publicités

Carte wifi broadcom sous GNU/Linux

Bonjour à tous,

Depuis que je suis sous linux, j’ai toujours eu un problème avec la carte wifi Broadcom de mon PC portable (un acer aspire 5720Z), elle n’a jamais fonctionné. Déjà sur Ubuntu j’ai tenté de trouver un pilote mais sans succès, mais maintenant sous debian, j’ai fait des recherches plus poussées et j’ai trouvé !

En plus c’est tout simple, il suffit d’installer un certain « firmware b43 », et le wifi fonctionne parfaitement !

Donc en fait, on fait :

sudo apt-get install firmware-b43-installer

Et voilà, ça marche comme sur des roulettes !
À noter que pour debian il faudra préalablement avoir ajouté les dépôts non free.

Installer Firefox sur Debian

Bonjour à tous,

La semaine dernière je me suis amusé à m’installer une debian. C’est la première fois que j’ai à faire à ce système, et je me suis lancé comme ça dans l’inconnu.

Le premier problème que j’ai eu à surmonter, ce fut la découverte d’Iceweasel, de la raison de son existence, et du fait que l’on ne peut pas installer firefox depuis les dépots normaux.

Après des recherches, j’ai trouvé une solution plutôt cool pour installer firefox simplement et profiter des mises à jour (oui parce que le tar.bz2 du site de mozilla ça va deux minutes…). Et je vous la partage. 😉

Alors en fait on va ruser. 🙂

On va utiliser le dépot debian de Linux Mint, qui contient notamment Firefox.

Donc, tout d’abord, on ajoute le dépot dans la liste, pour cela on modifie le fichier source.list :

# nano /etc/apt/sources.list

on ajoute à la dernière ligne l’adresse du dépot de mint :

deb http://packages.linuxmint.com debian import

puis on génère les clés PGP :

# sudo gpg –keyserver pgp.mit.edu –recv-keys 3EE67F3D0FF405B2
# sudo gpg –export 3EE67F3D0FF405B2 > 3EE67F3D0FF405B2.gpg
# sudo apt-key add ./3EE67F3D0FF405B2.gpg
# sudo rm ./3EE67F3D0FF405B2.gpg

voilà, ça c’est fait, maintenant on met à jour la liste des paquets :

# sudo apt-get update

et enfin, on s’installe un joli firefox avec son paquet de langue française :

# sudo apt-get install firefox firefox-l10n-fr

Et enjoy 😀

Voilà, et puis pour ceux que ça intéresse, y’a plein de logiciel cool dans ce dépôt, notamment Thunderbird, le gestionnaire de bureau Cinnamon, ou encore Virtualbox. Le détail est ici : http://packages.linuxmint.com/list.php?release=Debian

Après, je me suis renseigné sur pourquoi Debian refuse Firefox, je trouve ça complètement nul. Juste parce que le logo est protégé, ils font toute une histoire et ils le forkent. En plus, c’est très mal forké, le nom de Firefox apparait plein de fois dedans, en gros les dev en charge de ça ils ont juste changé le logo, le titre de l’icone, et la page « à propos », bref ils se sont pas foulés.

Et faire ça, ça empêche un peu firefox de dominer pleinement le marché. Pour moi, il est normal que le logo soit déposé, quand comme Mozilla on se positionne sur ce secteur hyper concurrentiel qu’est celui des navigateur internet, il est normal de protéger sa marque.

Et puis zut ! Mozilla est quand même une fondation hyper engagée pour le web libre, contre les DRM, pour le libre, bref les même causes que debian. Je comprend que cette distribution se donne un code de conduite hyper stricte, mais ils pourraient au faire une exception pour Mozilla qui lutte pour la liberté.

Bref, on voit ici l’extrémisme auquel conduit un excès de « librisme », à vouloir être complètement libre, on va jusqu’à censurer un navigateur qui lutte pour la liberté.

Ma réinstallation d’Ubuntu

Bonjour à tous, commençons pas le début.

Alors disons que mon disque dur était un joyeux bazar, il y avait elementary os sur une partition étendue, et windows qui prenait deux partitions primaire (je hais cette partition « Réservé au système » qui me nargue). J’ai un jour décidé de tester une instal en dur d’Arch linux, j’ai donc déplacer les partitions windows, agrandi la partition étendue, et commencé une instal d’Arch. Seulement ça n’a pas bien marché, alors je me suis retrouvé avec plein de partition partout, c’était n’imp ! Et en plus windows ne bootait plus, il a du être corrompu durant le déplacement de la partition (pourtant je l’avais défragmenté !). J’ai du m’y prendre mal peut être, il faut dire que je n’ai pas toutes les connaissances sur le partitionnement. Mais donc,venons en au fait, j’ai décidé d’effacer complètement mon DD et d’y installer un ubuntu tout propre.

Déjà, je suis très content de moi, désormais je suis débarrassé de windows, je n’aurais plus la petite tentation au démarrage de booter sous windows.

Ensuite, je me suis dis que j’allais en profiter pour voir si Ubuntu pouvait en effet être utilisé par le grand public. Je vais donc l’utiliser comme un utilisateur naif, qui ne connaîtrait même pas l’existence d’un terminal.

Voilà, je vais donc faire deux articles dans les prochains jours, un sur ce qui est positif et l’autre sur ce qu’il faut encore améliorer.

A plus !

 

 

La brochure de la fondation linux

La brochure de la fondation linux

Salut, ça doit faire un certains temps qu’elle existe, mais je viens de la découvrir. Je trouve cette brochure de la fondation linux vraiment cool. Dès que tu as fini de lire, tu as envie de participer ^^

PS : par contre c’est en anglais 😉

%d blogueurs aiment cette page :